textes italiens et espagnols

Publié le par Inigo

traduction italien
1. Non sono mai stato più contento di adesso: sull'esempio del mio Dio forse muoio per i miei fratelli.
2. Chi pone Dio nel suo cuore, pone in sé il Paradiso.
3. Sento nel mio cuore una musica silenziosa, un'armonia silenziosa, ma così deliziosa che nel mondo non c'è niente di paragonabile.
4. Più la nostra anima si trova da sola e separata, più diventa capace di avvicinarsi al suo Creatore e Signore e di raggiungerlo.
5. Nessuna cosa creata può procurare all'anima una gioia come quelle dello Spirito Santo: la purissima allegrezza che Dio effonde nel cuore di coloro che, per amor suo, hanno a lungo e molto sofferto.
6. Anche se un solo fanciullo si giova dei miei insegnamenti, il mio tempo e le mie fatiche mi sembreranno ben spese.
7. Poca gente capisce ciò che Dio farebbe di loro se Lo lasciassero agire. Un tronco d'albero, rozzo e informe, non può presupporre di poter diventare una bella statua, meraviglia dell'arte, tra le mani dello scultore che prevede quello che potrebbe venirne fuori. Molti vivono appena da cristiani, e sarebbero santi, se non si opponessero ai disegni di Dio e alle operazioni della grazia, se non resistessero all'Artista divino.
8. Aspirate a farvi prendere per pazzi dalla gente, affinché Dio vi consideri saggi. Auguratevi che tutti vi conoscano sia dentro che fuori. Che non sia l'abito a santificarvi, ma siate voi a santificare l'abito.
9. La persecuzione è come un mantice di fonderia che eccita la nostra virtù. Se venisse a mancare – che a Dio non piaccia - la nostra virtù languirà e non adempiremmo più le obbligazioni e i doveri come dovremmo.
10. Andate e incendiate l'universo.
11. Quando Dio ci ha tracciato una via, bisogna seguirla fedelmente, e fare attenzione a non prenderne un'altra, col pretesto che sembri più dritta e più sicura.
12. La nostra fiducia deve reggersi in modo così solido su Dio che anche senza nave ci crederemmo capaci di passare, finanche l'oceano, su una semplice zattera.
13. La nostra Santa Madre Chiesa è guidata e governata dallo stesso Spirito e Signore nostro che diede i dieci comandamenti. Bisogna credere che in Gesù Cristo, lo Sposo, e nella Chiesa, la sua sposa, c'è lo stesso Spirito che ci governa e ci dirige per la salvezza delle nostre anime. Così come lo Sposo è unico, anche la Sposa è unica. C'è stata una sola arca che permise a Noè di salvarsi dal diluvio. C'è stato un solo Tabernacolo costruito da Mosè, un solo Tempio a Gerusalemme eretto da Salomone. Ancora oggi, Gesù Cristo soffre la sua Passione nella Chiesa militante. Le tribolazioni sopportate a causa di Gesù Cristo devono essere contate tra i più grandi benefici ricevuti da Dio. Il Signore Nostro mi ha assicurato che, conformemente alle insistenti preghiere che gli avevo fatto, la Compagnia non cesserà mai, fin quando durerà, di gioire della preziosa eredità della passione, in mezzo a contraddizioni e persecuzioni.
14. Orsù! Figlio mio, ridete e rallegratevi nel Signore; ve lo ordino. Un religioso non ha nessun motivo di essere triste ma ne ha molti per essere felice. È quanto vi accadrà senz'alcun dubbio, se siete umili e obbedienti !
15. Con i più grandi peccatori, agite come una buona madre che dà tutta la sua compassione per il figlio ammalato. Lo accarezza con più tenerezza, lo attornia con più cura, gli prodiga più segni di affetto che se stesse in piedi e sano.
16. Bisogna agire senza cercare la lode, ma anche in modo da evitare un giusto rimprovero. Ricercare l'elogio è vanità; ottenerlo è un caso fortuito; ma meritarlo, è tipico della virtù.
17. Gli operai della Vigna del Signore devono avere un solo piede a terra e l'altro alzato, pronti ad andare.
18. Considerare come Cristo nostro Signore si pone in un grande campo di quella regione di Gerusalemme, in luogo umile, bello e grazioso.
19. Quando tutto fila liscio come l'olio, lo spirito può temere che nel servizio di Dio sorga un imprevisto. Una tempesta scaraventata contro di noi senza esserne colpevoli è segno di un successo vicino. La quiete è peggio della tempesta e l'avversario più pericoloso è quello di non averne.
20. La fiamma del divino Amore non s'innalza mai di più di quando viene alimentata dal legno della Croce, di cui la carità infinita del Salvatore si è servita per consumare il suo sacrificio: tutte le delizie del mondo, tutto il miele che si può raccogliere sui fiori della terra, non sono niente in confronto alle dolcezze che portano il fiele e l'aceto del Signore Gesù, cioè le cose dure e penose sopportate per Gesù Cristo e con Gesù Cristo.
21. Rimanere a lungo sulla terra è un crudele supplizio, a meno che l'Amore non ci faccia vivere più nel Cielo e con Dio, che sulla terra e con noi stessi. È così che i raggi del sole continuano a vivere nel loro focolare, nonostante brillino fuori di lui, e che non se ne separano, anche se si dirigono sulla terra.
22. Dobbiamo guardare questa persecuzione come una grande gioia, poiché non abbiamo fatto niente per provocarla. È in effetti una prova evidente che il Nostro Signore ci farà raccogliere grandi frutti in questa città. Le mietiture che coprono la terra sono ancora più ridenti e fertili se l'inverno è stato rigoroso, ed è un fatto risaputo che la Compagnia a prodotto frutti più abbondanti là dove i nostri hanno sofferto di più.
23. Il nemico della natura umana aveva nel frattempo ispirato una commedia impura e oscena, che i giovani di Macerata si preparavano a recitare, davanti a un pubblico numeroso, per Carnevale. Iniziativa che i nostri si preparavano a impedire. Ma le spese considerevoli che erano state permesse per questo spettacolo, non permisero loro di arrivare ai loro scopi. Così, per non far trionfare il diavolo che ne era l'autore, i nostri fecero annunciare che una orazione di quaranta ore avrebbe avuto luogo lo stesso giorno della commedia. Esposero dunque il Santissimo Sacramento in una cappella magnificamente preparata, nei tre giorni precedenti il mercoledì delle Ceneri. La gente venne così numerosa a questa orazione e la frequenza dei sacramenti fu tale che, dall'alba fino a notte avanzata, i tre preti della Compagnia occupati in questo ministero poterono a pena trovare un instante per respirare o per mangiare un boccone. Questo fatto insolito, proveniente da Dio, suscitò la meraviglia e la pietà negli spiriti. Alcuni viaggiatori di passaggio nella città, vedendo queste due adunanze, pensarono di vedere due città: una che correva allo spettacolo con grande licenziosità, l'altra che andava in chiesa, con penitenza e grande devozione. Ma la gara più importante è stata vinta da Cristo. Questa devozione piacque a tal punto a Ignazio che la volle veder praticare tutti gli anni nelle case della Compagnia. (Polanco)


 

 

 

Traduction à l'espagnol
 

1.       Nunca me he sentido más feliz que en este momento donde, al ejemplo de mi Dios, voy tal vez a morir por mis hermanos.

2.       Quien lleva a Dios en su corazón, lleva en sí el Paraíso. Ignacio de Loyola llevaba al principio un nombre vasco: Iñigo. Cuando llegó como estudiante a París, decidió hacerse llamar Ignacio, en referencia a Ignacio de Antioquía. Este mártir fue apodado ?teóforo?, es decir, ?aquél que lleva a Dios?. ¡Todo un programa! Esta pequeña frase indica, pues, cómo concebía Ignacio su propia identidad y su misión: que la alegría del paraíso, donde el hombre vive en comunión con Dios, esté en su corazón/ Cf. Franciosi, p. 35, n. 35.

3.       Oigo en mi corazón una música silenciosa, una armonía muda, pero tan deliciosa, que no hay nada comparable en el mundo.

4.       Tanto más se encuentra sola y separada nuestra alma, tanto más se hace capaz de acercarse a su Creador y Señor y de alcanzarle. Extraído de los Ejercicios Espirituales.

5.       Ninguna cosa creada puede procurar al alma una alegría que iguale las delicias del Espíritu Santo: este gozo que Dios infunde en el corazón de los que, por su amor, han sufrido mucho y largo tiempo.

6.       Aunque hubiera sido un solo niño a quien hubieran aprovechado mis enseñanzas, mi tiempo y mis fatigas me habrían parecido bien empleadas. En el ?relato del peregrino?, Ignacio evoca su retorno al País Vasco.

7.       Pocos comprenden bien lo que Dios haría de ellos si Lo dejaran hacer. Un tronco de árbol, rudo e informe, no puede sospechar que pueda acabar por ser una bella estatua, maravilla del arte, entre las manos del escultor que, él, sí ve bien lo que puede llegar a hacer. Muchos viven apenas como cristianos, cuando serían santos si no se opusieran a los designios de Dios y a las operaciones de la gracia, si no se resistieran al Artista divino.

8.       Desead pasar por insensato a los ojos de todos, a fin que Dios os tenga por sabios. Procurad que cada uno de vosotros conozca tan bien el interior que lo de fuera. Que no sea el hábito lo que os santifica sino, más bien, sed vosotros quienes santifiquéis el hábito.

9.       La persecución es como un fuelle de herrero, que alienta nuestra virtud. Si, que Dios no lo quiera, ella viniera a faltar, nuestra virtud languidecería y no nos haríamos cargo de nuestras obligaciones y deberes como conviene. Hev. 13 junio.

10.   Id y abrazad el universo.

11.   Cuando Dios nos ha marcado una vía, hay que seguirla fielmente, y guardarse bien de tomar otra, bajo el pretexto que parece más derecha y segura.

12.   Nuestra confianza debe apoyarse en Dios tan sólidamente que, en el caso de necesidad, a falta de un navío, no dudemos de poder atravesar incluso el océano sobre una simple tabla. 

13.   Es por el mismo Espíritu y el mismo Señor, que dio los diez mandamientos, que es dirigida y gobernada nuestra Madre la Santa Iglesia. Hay que creer que en Jesucristo, el Esposo, y en la Iglesia, su Esposa, hay un sólo y mismo Espíritu que nos gobierna y nos dirige para la salud de nuestras almas. Como el Esposo es único, la Esposa es también única. No había más que un arca de Noé para salvarse del diluvio. No había más que un tabernáculo construido por Moisés, que un solo Templo en Jerusalén, construido por Salomón. Hoy todavía Jesucristo sufre su Pasión en la Iglesia militante. Las tribulaciones soportadas por la causa de Jesucristo deben ser contadas entre los más grandes beneficios de Dios. Nuestro Señor me ha asegurado, él mismo, que, conforme a las insistentes oraciones que le he hecho, la Compañía no cesará jamás, mientras exista, de gozar de la preciosa herencia de su Pasión, en medio de contradicciones y de persecuciones. Cf. Ejercicios Espirituales 365.

14.   Y bien, hijos míos: Reíd y gozaos en el Señor, yo os lo ordeno. Un religioso no tiene ninguna razón de estar triste, y tiene muchas de estar en el gozo. Esto es lo que os llegará, sin duda alguna, si sois humildes y obedientes!

15.   Con los mayores pecadores, tratad como una buena madre que emplea toda su compasión por su hijo enfermo. Ella le acaricia con más ternura, le colma de más cuidados, le prodiga más de signos de afecto, que si estuviera en pie y con buena salud.

16.   Hay que actuar sin buscar la alabanza, pero también de forma que se evite una reprobación justa. Buscar el elogio es vanidad; obtenerlo es efecto de la fortuna; pero merecerlo, es lo propio de la virtud.

17.   Los trabajadores de la Viña del Señor no han de tener más que un pie en el suelo. Deben tener el otro alzado, dispuesto para partir.

18.   Considerar cómo Cristo nuestro Señor se pone en un gran campo de aquella región de Jerusalén en lugar humilde, hermoso y gracioso. (EE 144)

19.   Cuando todo marcha como sobre ruedas, el espíritu puede temer que el servicio de Dios sufra algún desgarro. Una tempestad levantada contra nosotros sin falta nuestra, es el signo de un logro cercano. La calma es peor que la tempestad, y el género de adversario más peligroso es el de no tener uno.

20.   La llama del divino amor no se eleva nunca más que cuando es alimentada por la madera de la Cruz, de la que la caridad infinita del Salvador se ha servido para consumar su sacrificio: todas las delicias del mundo, toda la miel que pueda recogerse de las flores de la tierra, no son nada en comparación con la dulzura que aportan la hiel y el vinagre del Señor Jesús, es decir, las cosas duras y penosas soportadas por Jesucristo y con Jesucristo. (Hev 8 marzo)

21.   Permanecer largo tiempo sobre la tierra es un cruel suplicio, a menos que el Amor nos haga vivir más en el Cielo y con Dios, que sobre la tierra y con nosotros mismos. Es así que los rayos del sol continúan viviendo en su hogar, aunque brillen fuera de él, y que no se separen de él aunque se difundan sobre la tierra.

22.   Nosotros debemos mirar esta persecución como una gran felicidad, puesto que no hemos hecho nada para provocarla. Esta es, en efecto, una prueba evidente de que Nuestro Señor nos hará recoger grandes frutos en esta ciudad. Las cosechas con las que la tierra se cubre son más bellas y copiosas cuando el invierno ha actuado con más rigor, y es cosa reconocida que la Compañía ha dado frutos más abundantes allí donde los nuestros han sufrido más.

23.   El enemigo de la natura humana había hecho surgir una comedia impura y obscena que los jóvenes de Macerata se preparaban a representar, ante una gran concurrencia, para el Carnaval. Iniciativa que los nuestros se aplicaron a impedir. Pero los gastos considerables que se habían hecho ya en vista del espectáculo, no les permitieron conseguirlo. Así, para no hacer triunfar al diablo, que era el autor, los nuestros hicieron anunciar que se haría una oración de cuarenta horas el mismo día en que la representación tendría lugar. Expusieron el Santísimo Sacramento en una capilla magníficamente adornada durante los tres días que precedieron el Miércoles de Ceniza. La gente vino en un número tan grande a esta oración, y la frecuencia de los sacramentos fue tal que, del alba a la noche avanzada, los tres sacerdotes de la Compañía que se encargaron de este ministerio pudieron apenas tener un instante para respirar o para tomar alguna cosa. Este hecho inhabitual, viniendo de Dios, suscitó la admiración y la piedad en los espíritus. Algunos viajeros de paso por la ciudad, a la vista de estas dos aglomeraciones, decían que les parecía ver dos ciudades: una corriendo al espectáculo con una gran licencia, la otra a la iglesia, en gran penitencia y en una actitud de plena devoción. Pero la parte más importante y la más estimable es la que Cristo obtuvo. Esta devoción plugo tanto a Ignacio, que la quiso practicar todos los años en las casas de la Compañía. (Polanco). 


 
Original Français

1.      Je n'ai jamais été plus heureux qu'en ce moment où à l'exemple de mon Dieu je vais peut-être mourir pour mes frères.

 

2.      Qui porte Dieu dans son coeur, porte en soi le Paradis. Ignace de Loyola portait à l?origine un prénom basque : Inigo. Quand il arrive comme étudiant à Paris, il choisit de se faire appeler Ignace, en référence à saint Ignace d?Antioche. Ce martyr fut surnommé « théophore », c?est-à-dire « celui qui porte Dieu ». Tout un programme ! Cette petite phrase indique donc comment Ignace concevait sa propre identité et sa mission : que la joie du paradis, où l?homme vit en communion avec Dieu, soit dans son c?ur. Cf. Franciosi, p. 35, n. 35.

 

3.      J'entends dans mon coeur une musique silencieuse, une harmonie muette, mais si délicieuse, que le monde n?a rien de comparable.

 

4.      Plus notre âme se trouve seule et séparée, plus elle se rend capable de s?approcher de son Créateur et Seigneur et de l?atteindre. Extrait des Exercices spirituels.

 

5.      Aucune chose créée ne peut procurer à l?âme une joie qui égale les joies du Saint Esprit : cette très pure allégresse que Dieu répand dans le coeur de ceux qui, pour son amour, ont longtemps et beaucoup souffert.

 

6.      Si, ne fût-ce qu?un seul enfant profite de mes enseignements, mon temps et mes fatigues me paraîtront bien employées. Dans le « Récit du Pèlerin », Ignace évoque son retour au Pays Basque

 

7.      Il y a peu de gens qui comprennent bien ce que Dieu ferait d?eux s?ils Le laissaient faire. Un tronc d?arbre, rude et informe, ne peut soupçonner qu?il puisse devenir une belle statue, merveille de 1'art, entre les mains du sculpteur qui, lui, voit bien ce qu?on peut en tirer. Plusieurs vivent à peine en chrétiens qui seraient des saints, s?ils ne s?opposaient pas aux desseins de Dieu et aux opérations de la grâce, s?ils ne résistaient pas à 1?Artiste divin.

 

8.      Désirez passer pour insensé aux yeux de tous, afin que Dieu vous tienne pour sage. Souhaitez que chacun vous connaisse aussi bien au-dedans qu?au dehors. Que ce ne soit pas l?habit qui vous sanctifie, mais que ce soit vous qui sanctifiez l?habit.

 

9.      La persécution est comme un soufflet de forge qui excite notre vertu. Si, ce qu'à Dieu ne plaise, elle vient à manquer, notre vertu languira et nous ne nous acquitterons plus de nos obligations et devoirs comme il convient. Hev 13 juin

 
10. Allez et embrasez l?univers.
 

11. Quand Dieu nous a marqué une voie, il faut la suivre fidèlement, et se garder bien d?en prendre une autre, sous prétexte qu?elle semble plus droite et plus sûre.

 

12. Notre confiance doit s?appuyer sur Dieu si solidement qu?au besoin, à défaut d'un navire, nous n?hésitions pas à nous croire en état de passer, même l?océan, sur une simple planche

 

13. C?est par le même Esprit et même Seigneur, qui donna les dix commandements, qu?est dirigée et gouvernée notre Mère la Sainte Église. Il faut croire qu?en Jésus-Christ, l?Époux, et 1?Eglise, son Épouse, il n?y a qu?un même Esprit qui nous gouverne et nous dirige pour le salut de nos âmes. Comme l?Époux est unique, l?Épouse est unique aussi. I1 n?y avait qu'une arche de Noé pour se sauver du déluge. Il n?y avait qu?un Tabernacle construit par Moïse, qu?un Temple à Jérusalem, bâti par Salomon. Aujourd?hui encore, Jésus-Christ souffre sa Passion dans 1?Église militante. Les tribulations endurées pour la cause de Jésus-Christ doivent être comptées parmi les plus grands bienfaits de Dieu. Notre-Seigneur m?a assuré lui-même que, conformément aux instantes prières que je lui avais faites, la Compagnie ne cessera jamais, tant qu?elle durera, de jouir du précieux héritage de sa Passion, au milieu des contradictions et des persécutions. Cf. Exercices spirituels 365

 

14. Eh bien! mon fils, riez et soyez joyeux dans le Seigneur; je vous l?ordonne. Un religieux n?a aucune raison d?être triste et il en a beaucoup d?être dans la joie. C?est ce qui vous arrivera sans aucun doute, si vous êtes humble et obéissant !

 

15. Avec les plus grands pécheurs, agissez comme une bonne mère qui s?épuise de compassion pour son enfant malade. Elle le caresse plus tendrement, l?entoure de plus de soins, lui prodigue plus de marques d'affection que s?il était sur pied et en santé.

 

16. Il faut agir sans rechercher la louange, mais aussi de manière à éviter un juste blâme. Rechercher l?éloge, c?est de la vanité ; l?obtenir c'est 1'effet de la chance; mais la mériter, c?est le propre de la vertu.

 

17. Les ouvriers de la Vigne du Seigneur ne doivent avoir qu?un pied par terre. Ils doivent avoir l?autre levés, prêt à partir.

 

18. Considérer comment le Christ Notre-Seigneur se tient en un vaste camp dans la région de Jérusalem, en humble place, beau et gracieux.

 

19. Quand tout marche comme sur des roulettes, l?esprit peut craindre que le service de Dieu ne reçoive quelqu?accroc. Une tempête soulevée contre nous sans notre faute, est le signe d'un succès prochain. Le calme est pire que la tempête et le genre d?adversaire le plus dangereux, c?est de n?en pas avoir.

 

20. La flamme du divin Amour ne s?élève jamais davantage qu?alimentée par le bois de la Croix, dont la charité infinie du Sauveur s?est servie pour consommer son sacrifice : toutes les délices du monde, tout le miel que l?on peut recueillir sur les fleurs de la terre, ne sont rien en comparaison des douceurs qu?apportent le fiel et le vinaigre du Seigneur Jésus, c?est-à-dire les choses dures et pénibles endurées pour Jésus-Christ et avec Jésus-Christ. Hev 8 mars

 

21. Demeurer longtemps sur la terre est un cruel supplice, à moins que 1?Amour ne nous fasse vivre plus au Ciel et avec Dieu, que sur la terre et avec nous-même. C?est ainsi que les rayons du soleil continuent à vivre en leur foyer, quoiqu?ils brillent en-dehors de lui, et qu?ils ne s?en séparent pas, tout en se répandant sur la terre.

 

22. Nous devons regarder cette persécution comme une grande félicité, puisque nous n?avons rien fait pour la provoquer. Elle est, en effet, une preuve évidente que Notre-Seigneur nous fera recueillir de grands fruits dans cette ville. Les moissons dont la terre se couvre sont d?autant plus riantes et plantureuses, que l?hiver a sévi avec plus de rigueur, et c?est une chose reconnue que la Compagnie a produit des fruits plus abondants, là où les nôtres ont davantage souffert.

 

23. L?ennemi de la nature humaine avait entre-temps fait surgir une comédie impure et obscène, que la jeunesse de Macerata se préparait à jouer, devant un grand concours de peuple, pour le Carnaval. Initiative que les nôtres s?appliquèrent à empêcher. Mais les dépenses considérables qui avaient déjà été consenties en vue du spectacle, ne leur permirent pas d?arriver à leurs fins. Aussi, pour ne pas faire triompher le diable qui en était l?auteur, les nôtres firent annoncer qu?une oraison de quarante heures se tiendrait le jour même où la comédie devait avoir lieu. Ils exposèrent le Saint Sacrement dans une chapelle magnifiquement parée, durant les trois jours qui précèdent le Mercredi des Cendres. Les foules vinrent en si grand nombre à cette oraison, et la fréquence des sacrements fut telle que, de l?aube à la nuit avancée, les trois prêtres de la Compagnie qui vaquaient à ce ministère purent à peine trouver un instant pour respirer ou pour avaler quelque chose. Ce fait inaccoutumé, venant de Dieu, suscita 1?émerveillement et la piété dans les esprits. Des voyageurs qui passaient par la ville, à la vue de ces deux rassemblements, disaient qu?il leur semblait voir deux villes : l?une courant au spectacle avec une grande licence, l?autre à l?église, en grande pénitence, et dans une attitude pleine de dévotion. Mais la partie la plus importante et la plus estimable c?est le Christ qui l?emporta. Cette dévotion plut tant à Ignace, qu?il voulut la voir pratiquer tous les ans, dans les maisons de la Compagnie. (Polanco)

1.     Ich war bis heute nie glücklicher als jetzt, wo ich vielleicht nach dem Beispiel meines Gottes für meine Brüder sterben werde.

 

2.     Je n'ai jamais été plus heureux qu'en ce moment où à l'exemple de mon Dieu je vais peut-être mourir pour mes frères.

 

 

  1. Wer Gott in seinem Herzen trägt, trägt in sich das Paradis.

     

  2. Qui porte Dieu dans son coeur, porte en soi le Paradis. Ignace de Loyola portait à l’origine un prénom basque : Inigo. Quand il arrive comme étudiant à Paris, il choisit de se faire appeler Ignace, en référence à saint Ignace d’Antioche. Ce martyr fut surnommé « théophore », c’est-à-dire « celui qui porte Dieu ». Tout un programme ! Cette petite phrase indique donc comment Ignace concevait sa propre identité et sa mission : que la joie du paradis, où l’homme vit en communion avec Dieu, soit dans son cœur. Cf. Franciosi, p. 35, n. 35.

     

 

5.     Ich vernehme in meinem Herzen eine stille Musik, eine lautlose Harmonie, die aber so wunderbar ist, dass es auf der Welt nichts Vergleichbares gibt.

 

6.     J'entends dans mon coeur une musique silencieuse, une harmonie muette, mais si délicieuse, que le monde n’a rien de comparable.

 

 

  1. Je mehr sich unsere Seele allein und abgesondert findet, um so geeigneter macht sie sich, ihrem Schöpfer und Herrn zu nahen und an ihn zu rühren.

     

  2. Plus notre âme se trouve seule et séparée, plus elle se rend capable de s’approcher de son Créateur et Seigneur et de l’atteindre. Extrait des Exercices spirituels.

     

 

9.     Nichts Geschaffenes kann der Seele eine Freude geben, welche den Freuden des Heiligen Geistes gleichkäme: Diese reine Fröhlichkeit, die Gott in die Herzen derer gießt, die aus Liebe zu ihm lange Zeit und viel gelitten haben.

 

10. Aucune chose créée ne peut procurer à l’âme une joie qui égale les joies du Saint Esprit : cette très pure allégresse que Dieu répand dans le coeur de ceux qui, pour son amour, ont longtemps et beaucoup souffert.

 

 

  1. Und wenn es nur ein einziges Kind wäre, das von meiner Belehrung Nutzen ziehen würde, meine Zeit und meine Mühen werden es mir wert sein.

     

  2. Si, ne fût-ce qu’un seul enfant profite de mes enseignements, mon temps et mes fatigues me paraîtront bien employées. Dans le « Récit du Pèlerin », Ignace évoque son retour au Pays Basque

     

 

13.  Wenige Menschen ahnen, was Gott aus ihnen machen würde, wenn sie sich ihm rückhaltlos übergäben. Ein Baumstamm, rau und sperrig, kann nicht einmal vermuten, dass er zu einer schönen Statue werden kann, zu einem Meisterwerk der Kunst, geformt durch die Hand des Bildhauers, der weiß, was man daraus schaffen kann. Viele leben kaum als Christen, die als Heilige leben könnten, widersetzten sie sich nicht dem Willen Gottes und den Einwirkungen seiner Gnade und leisteten sie dem göttlichen Künstler keinen Widerstand.

 

14. Il y a peu de gens qui comprennent bien ce que Dieu ferait d’eux s’ils Le laissaient faire. Un tronc d’arbre, rude et informe, ne peut soupçonner qu’il puisse devenir une belle statue, merveille de 1'art, entre les mains du sculpteur qui, lui, voit bien ce qu’on peut en tirer. Plusieurs vivent à peine en chrétiens qui seraient des saints, s’ils ne s’opposaient pas aux desseins de Dieu et aux opérations de la grâce, s’ils ne résistaient pas à 1’Artiste divin.

 

 

15. Begehrt in den Augen aller, als töricht durchzugehen, damit Gott euch für weise hält. Wünscht, dass jeder euer Inneres genauso kenne wie euer Äußeres. Es ist nicht das Ordensgewand, das euch heiligt, sondern ihr seid es, die das Ordensgewand heiligt.

 

16. Désirez passer pour insensé aux yeux de tous, afin que Dieu vous tienne pour sage. Souhaitez que chacun vous connaisse aussi bien au-dedans qu’au dehors. Que ce ne soit pas l’habit qui vous sanctifie, mais que ce soit vous qui sanctifiez l’habit.

 

 

17. Die Verfolgung ist wie ein Blasebalg des Schmiedes, der eure Tugend zum Glühen bringt. Falls, was Gott verhüten mag, die Verfolgung zu fehlen beginnen sollte, wird unsere Tugend verkümmern, und wir werden unsere Aufgaben und Pflichten nicht mehr so erfüllen, wie es recht ist.

 

18. La persécution est comme un soufflet de forge qui excite notre vertu. Si, ce qu'à Dieu ne plaise, elle vient à manquer, notre vertu languira et nous ne nous acquitterons plus de nos obligations et devoirs comme il convient. Hev 13 juin

 

 

19. Geht und entflammt das Universum.

 

20. Allez et embrasez l’univers.

 

 

21. Hat Gott uns einen Weg gezeigt, dann müssen wir ihn in Treue gehen und uns davor hüten, einen anderen Pfad einzuschlagen unter dem Vorwand, er erscheine uns gerader und sicherer.

 

22. Quand Dieu nous a marqué une voie, il faut la suivre fidèlement, et se garder bien d’en prendre une autre, sous prétexte qu’elle semble plus droite et plus sûre.

 

 

23. Unser Vertrauen muss sich so fest auf Gott stützen, dass wir ohne Zögern davon überzeugt wären, falls nötig, ohne Boot und nur auf einer schlichten Holzplanke sogar den Ozean überqueren zu können.

 

24. Notre confiance doit s’appuyer sur Dieu si solidement qu’au besoin, à défaut d'un navire, nous n’hésitions pas à nous croire en état de passer, même l’océan, sur une simple planche

 

 

25. Durch den gleichen Geist und den gleichen Herrn, der die Zehn Gebote gegeben hat, wird auch unsere heilige Mutter Kirche gelenkt und geleitet. Wir müssen immer festhalten, dass in Jesus Christus, dem Bräutigam und der Kirche seiner Braut, der gleiche Geist ist, der uns leitet und lenkt zum Heil unserer Seelen. Wie der Bräutigam einzig ist, so ist es auch die Braut. Es gab nur eine Arche Noah, um sich vor der Sintflut zu retten; es gab nur ein Zeltheiligtum, das von Moses errichtet wurde, und es gab nur einen Tempel in Jerusalem, der von Salomon gebaut wurde. Heute noch leidet Jesus Christus seine Passion in der kämpfenden Kirche. Die Bedrängnisse, die für die Sache Jesu Christi erlitten werden, müssen zu den größten Wohltaten Gottes gezählt werden. Unser Herr hat mir selbst, gemäß den unermüdlichen Bitten, die ich an ihn gerichtet habe, zugesichert, dass die Gesellschaft Jesu in mitten der Widerstände und Verfolgungen nie, solange sie existiert, aufhören wird, sich des kostbaren Erbes seiner Passion zu erfreuen.

 

26. C’est par le même Esprit et même Seigneur, qui donna les dix commandements, qu’est dirigée et gouvernée notre Mère la Sainte Église. Il faut croire qu’en Jésus-Christ, l’Époux, et 1’Eglise, son Épouse, il n’y a qu’un même Esprit qui nous gouverne et nous dirige pour le salut de nos âmes. Comme l’Époux est unique, l’Épouse est unique aussi. I1 n’y avait qu'une arche de Noé pour se sauver du déluge. Il n’y avait qu’un Tabernacle construit par Moïse, qu’un Temple à Jérusalem, bâti par Salomon. Aujourd’hui encore, Jésus-Christ souffre sa Passion dans 1’Église militante. Les tribulations endurées pour la cause de Jésus-Christ doivent être comptées parmi les plus grands bienfaits de Dieu. Notre-Seigneur m’a assuré lui-même que, conformément aux instantes prières que je lui avais faites, la Compagnie ne cessera jamais, tant qu’elle durera, de jouir du précieux héritage de sa Passion, au milieu des contradictions et des persécutions. Cf. Exercices spirituels 365

 

 

27. Also, mein Sohn, lachen Sie und freuen Sie sich im Herrn. Ich befehle es Ihnen. Ein Ordensmann hat keinen Grund traurig zu sein und viele sich zu freuen. Diese Freude wird Ihnen auch zweifellos zu Teil werden, wenn Sie demütig und gehorsam sind!

 

28. Eh bien! mon fils, riez et soyez joyeux dans le Seigneur; je vous l’ordonne. Un religieux n’a aucune raison d’être triste et il en a beaucoup d’être dans la joie. C’est ce qui vous arrivera sans aucun doute, si vous êtes humble et obéissant !

 

 

29. Begegnen Sie den größten Sündern wie eine liebende Mutter, die sich vor Mitleid um ihr krankes Kind völlig verausgabt. Sie streichelt es umso zärtlicher, pflegt es umso mehr und zeigt ihm umso mehr Zuwendung, als wenn es gesund und wohl auf wäre.

 

30. Avec les plus grands pécheurs, agissez comme une bonne mère qui s’épuise de compassion pour son enfant malade. Elle le caresse plus tendrement, l’entoure de plus de soins, lui prodigue plus de marques d'affection que s’il était sur pied et en santé.

 

 

31. Man muss handeln, ohne Beifall zu suchen, aber auch trachten allen Tadel zu vermeiden. Lob zu suchen ist Eitelkeit, es zu bekommen Zufall. Lob jedoch zu verdienen, das ist der Tugend eigen.

 

32. Il faut agir sans rechercher la louange, mais aussi de manière à éviter un juste blâme. Rechercher l’éloge, c’est de la vanité ; l’obtenir c'est 1'effet de la chance; mais la mériter, c’est le propre de la vertu.

 

 

Publié dans projet

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article