quelle louange ?

Publié le par Inigo

Il faut agir sans rechercher la louange, mais aussi de manière à éviter un juste blâme. Rechercher l'éloge, c'est de la vanité ; l'obtenir c'est 1'effet de la chance; mais la mériter, c'est le propre de la vertu.
Wij moeten handelen zonder geprezen te willen worden, maar op een manier dat we een terechte afkeuring vermijden. De lof van anderen zoeken is ijdelheid, haar verkrijgen is toeval, maar haar verdienen is de vrucht van de deugd.
Bisogna agire senza cercare la lode, ma anche in modo da evitare un giusto rimprovero. Ricercare l'elogio è vanità; ottenerlo è un caso fortuito; ma meritarlo, è tipico della virtù.
Hay que actuar sin buscar la alabanza, pero también de forma que se evite una reprobación justa. Buscar el elogio es vanidad; obtenerlo es efecto de la fortuna; pero merecerlo, es lo propio de la virtud.
Man muss handeln, ohne Beifall zu suchen, aber auch trachten allen Tadel zu vermeiden. Lob zu suchen ist Eitelkeit, es zu bekommen Zufall. Lob jedoch zu verdienen, das ist der Tugend eigen.
We should work without seeking praise, but so that we avoid deserving blame. To look for praise is vanity; to receive it is pure chance, but to deserve it is the effect of virtue itself.
我们当工作而不求赞美,但是我们也由此而免于被责备。寻求赞美是虚荣;接受到赞美是纯粹的偶然,但只有德性本身的成果才配得到它。
我们当工作而不求赞美,但是我们也由此而免于被责备。寻求赞美是虚荣;接受到赞美是纯粹的偶然,但只有德性本身的成果才配得到它。

 

« Quid agendum ? » Que dois-je faire ? Question fondamentale pour Ignace quand il regarde Jésus et désire répondre à son amour. La réponse n'est pas seulement dans les bonnes actions, mais dans l'intention intérieure qui est le moteur même de ces actions. Ignace évoque souvent le risque de la vanité, de la « vaine gloire », péché de l'homme d'action à qui tout réussit. Attention à l'illusion, alors : c'est l'effet de la chance, dit-il ! Ignace veut dire ici que le résultat de nos actions doit être considéré d'un autre regard que la simple efficacité matérielle. Comme toujours, Ignace est rempli d'un réalisme spirituel qui lui fait désirer un chemin plus difficile, certes, mais plus authentique. Celui de la vertu, c'est-à-dire de la dynamique interne où la main de Dieu se fait sentir, comme on le voit sur cette peinture. La vertu consiste à laisser Dieu agir à travers notre vie, à être habité par sa présence. Pour comprendre ce qu'est la vertu pour Ignace, il suffit de se rappeler la prière qu'il donne dans les Exercices spirituels, au début de chaque temps d'oraison : « Que ta grâce, Seigneur, vienne en mon coeur, pour que toutes mes actions, toutes mes intentions, toutes mes opérations, soient purement ordonnées au service et à la louange de ta sainte volonté » (en termes plus modernes, on pourrait dire : Seigneur, je me mets entièrement à ta disposition pour que ce soit toi qui me fasse réussir ma vie !).

On notera sur cette peinture, sans doute la plus naïve de la série, une belle allusion à la spiritualité de G. Rouault : le « premier de la classe », qu'on applaudit, porte le chapeau pointu du clown blanc, et la culotte de l'Auguste : il n'est qu'un clown, entre les mains de ceux qui le portent en triomphe !

FRANCIOSI, p. 74, n. 14

Publié dans vie intérieure

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article