essai dynamique

Publié le par Inigo


L'initiation chrétienne

                      • bapteme
 
 
LES SACREMENTS DE L’INITIATION CHRÉTIENNE
DANS LE CADRE DE TOUSSAINT 2006

« On ne naît pas chrétien. On le devient », disait Tertullien au IIIème siècle. Vatican II a renouvelé la catégorie d’initiation chrétienne en unissant trois sacrements qui marquent l’entrée dans le mystère de Dieu et de l’Église : baptême, confirmation et eucharistie sont ensemble les fondements de notre vie chrétienne. Le Concile a souligné de nouveaux et passionnants défis. Il a rappelé que DEVENIR CHRÉTIEN, C’EST PARCOURIR UN CHEMIN PROGRESSIF et ne pas se contenter de la pratique des sacrements. L’affirmation d’une nécessaire initiation, vraie pour tous les chrétiens, revêt une grande actualité ecclésiale pour la nouvelle évangélisation ! On ne naît pas chrétien, on le devient à travers un itinéraire complexe qui, par la grâce de ces sacrements, accueille tout homme tel qu’il est et lui permet de devenir enfant de Dieu. N’est-ce pas aussi l’enjeu commun de la catéchèse, de l’éducation chrétienne et familiale, de l’agir moral et des engagements des chrétiens dans la société ?
LE TERME D’INITIATION
fait résonner des analogies avec la pratique culturelle de certains peuples et suggère des comparaisons avec des étapes de la croissance humaine : les passages de l’enfance à l’adolescence et de l’adolescence à l’âge adulte (cf. Catéchisme de l’Église catholique, n. 1212). Ces analogies nous ouvrent à une rupture plus radicale, l’entrée dans l’Acte pascal du Christ en son Église : « Vous tous, qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu le Christ (Gal 3,27) ». L’initiation chrétienne est participation aux « MYSTÈRES » DU CHRIST », communion à sa personne et découverte joyeuse d’une vérité à proclamer, d’une Bonne Nouvelle à transmettre. Elle n’est pas un secret réservé à des initiés ou aux membres d’une secte. Quand et comment vivre et célébrer ces sacrements ? Au fond, dans l’initiation chrétienne est en jeu la relation entre l’Église et le monde. Si le monde change, où se trouvent les « fenêtres et les portes » de la Maison-Église ? Comment y entrer ou y rester ?
Les premiers pas à faire sur la route du cours nous feront entrer dans la compréhension de « L’ÉCONOMIE SACRAMENTELLE ». Notre époque peine à percevoir la vie sacramentelle comme un mode d’être radicalement neuf dans l’histoire humaine. Les enjeux d’une telle compréhension pour la vie de l’Église ne sont pas anodins. L’Église n’est-elle pas le corps du Christ, sacrement de la présence trinitaire au cœur du monde ? Une réflexion fondamentale sur l'économie sacramentelle précédera donc l'étude spécifique de chaque sacrement. Qu'est-ce que la sacramentalité ? Qu'est-ce qu'un sacrement de l'Église ? Quels sont les enracinements anthropologiques et scripturaires des « signes » de l'Église ? Nous présenterons ensuite le baptême, la confirmation et l’eucharistie dans leurs ARTICULATIONS RÉCIPROQUES. Convient-il de les recevoir dans un certain ordre ? Comment renaître de « l’eau et de l’Esprit » (Jn 3,1-21) pour goûter « la vraie nourriture et la vraie boisson » (Jn 6,55) ?

La symbolique du BAPTÊME sera particulièrement développée. Nous essaierons de montrer comment L’INITIATION DES ADULTES est le modèle de référence du baptême des tout-petits et des enfants en âge de scolarité. Comment les communautés chrétiennes accueillent-elles ces variétés de rituels et d’expériences, véritables lieux théologiques et œcuméniques ? Le baptême n’est-il pas pour tous le porche d’entrée de la foi chrétienne ?

La CONFIRMATION ajoute-t-elle « quelque chose » au baptême ? Est-elle le sacrement de l’engagement, de la prise de conscience de la mission, SACREMENT DE LA GRATUITÉ de toute grâce sacramentelle ?

Si l’initiation chrétienne mène à l’EUCHARISTIE, on peut dire que celui qui a fait sa première communion a tout reçu. Comment comprendre la répétition de cet Acte unique de Jésus Christ Sauveur dans notre vie quotidienne ? Cette présence « divine » demeure d’ailleurs dans nos églises et notre prière peut devenir « adoration eucharistique ». Présence intérieure et extérieure : DIEU MARCHE AVEC NOUS SUR LA ROUTE. Si l’eucharistie met un terme à l’initiation chrétienne, elle reste aussi « source et sommet de la vie et de la mission de l’Église » (Synode sur l’Eucharistie 2005). En ce sens, dans la vie ordinaire, n’est-elle pas aussi le lieu d’une « initiation » permanente au mystère du Dieu révélé. L’initiation est une route à l’intérieur de notre humanité « sauvée » appelée à la sainteté.

.

28 septembre : Le monde sacramentel au singulier et au pluriel

5 octobre : L’inspiration conciliaire et l’ordre sacramentel

12 octobre : Regard sur l'initiation chrétienne dans les premiers siècles (*)

19 octobre : Le baptême, communion au Christ

26 octobre : Initiation baptismale et maternité ecclésiale

9 novembre : Beauté et symbolique du rituel

16 novembre : Pourquoi baptiser les petits enfants ?

23 novembre : La personne de l’Esprit et ses dons

30 novembre : Incontournable « Confirmation »

7 décembre : Le catéchumène et le Triduum pascal

14 décembre : Renouveaux initiatiques

21 décembre : Communier « pour la première fois »

11 janvier : L’adoration eucharistique

18 janvier : L’Eucharistie, terme et lieu permanent de l’initiation chrétienne

 

(*) Conférence donnée par Mme Martine Dulaey,

Professeur à l'École pratique des Hautes Etudes, Paris Sorbonne


 


 


 



 

Publié dans inigo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article