sage ou insensé?

Publié le par Inigo

Désirez passer pour insensé aux yeux de tous, afin que Dieu vous tienne pour sage. Souhaitez que chacun vous connaisse aussi bien au-dedans qu'au dehors. Que ce ne soit pas l'habit qui vous sanctifie, mais que ce soit vous qui sanctifiez l'habit.
Voor gek versleten te worden door iedereen, opdat God u voor een wijze houdt. Wenst dat een ieder u kent, zowel innerlijk als van uiterlijk. Laat het niet het habijt zijn dat u heiligt, maar uzelf die het habijt heiligt.
Aspirate a farvi prendere per pazzi dalla gente, affinché Dio vi consideri saggi. Auguratevi che tutti vi conoscano sia dentro che fuori. Che non sia l'abito a santificarvi, ma siate voi a santificare l'abito.
Desead pasar por insensato a los ojos de todos, a fin que Dios os tenga por sabios. Procurad que cada uno de vosotros conozca tan bien el interior que lo de fuera. Que no sea el hábito lo que os santifica sino, más bien, sed vosotros quienes santifiquéis el hábito.
Begehrt in den Augen aller, als töricht durchzugehen, damit Gott euch für weise hält. Wünscht, dass jeder euer Inneres genauso kenne wie euer Äußeres. Es ist nicht das Ordensgewand, das euch heiligt, sondern ihr seid es, die das Ordensgewand heiligt.
Desire to pass for a fool in everyone’s eyes, so that God may deem you wise. Hope that everyone may know you both interiorly and exteriorly. It is not the habit that should sanctify you; but you rather who should sanctify the habit.
Pragnijcie wypaść jako głupcy na oczach wszystkich, po to by Bóg uważał Was za mądrych. Pragnijcie, aby każdy znał Was tak samo dobrze od wewnątrz, jak od zewnątrz. I żeby to nie był habit, który Was uświęca, ale żebyście to Wy uświęcali habit.
8
渴望成为众人眼中的愚者吧,天主会因而使你成为智者。希望每个人能从内至外认识你吧。并不是习惯会圣化你,而是你圣化习惯。

Ignace se moque de lui-même ! Et nous fait découvrir le paradoxe de sa sagesse proverbiale. Lui, l'élégant chevalier à la cour du Vice-Roi de Navarre, s'était trouvé défiguré par une blessure... à la jambe au siège de Pampelune (1521) et avait tenu à être opéré de nouveau pour que sa jambe ait meilleure allure... Mais, converti sur son lit de malade, il quitte tout, désire être regardé alors comme un « fou pour le Christ », et agit comme tel : à un mendiant il laisse son habit de chevalier et endosse un froc en toile de sac afin de devenir pèlerin et mendiant à son tour (cf. Exercices spirituels, n. 18). Sans doute-il avait besoin alors de "sentir" la différence avec son ancien état de vie. Il dut abandonner cette défroque lors de ses études, et il comprit que « l'habit ne fait pas le moine ». Il choisit alors la voie de la modestie, d'un juste milieu qui lui permet d'être à l'aise autant dans les ors des palais pontificaux que dans les bas-fonds de Rome, auprès des pouilleux. 

Le conseil qu'il donne ici consiste à refuser l'illusion, à se défaire de toute sorte d'extravagance, qu'elle soit matérielle ou spirituelle. Etre vrai, en se regardant soi-même à travers les lunettes de Dieu. Un chemin de pureté, débarrassé des scories du paraître et de la vanité. C'est la véritable sainteté, partant du regard que Dieu porte sur chacun de nous. Sainteté dans la simplicité du coeur qui rejaillit dans les relations avec les autres.

Cette peinture rejoint l'intuition artistique de G. Rouault, qui dans sa série du "Cirque", peint les clowns sous toutes les facettes, laissant discerner combien la misère humaine peut se cacher derrière les paillettes et les visages grimés, mais laissant aussi affleurer le mystère de l'incarnation du Christ.

FRANCIOSI, p. 73, n. 13

Publié dans inigo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

aa33 07/06/2006 13:42

j'aime beaucoup. bravo