jamais plus heureux

Publié le par Inigo

Je n'ai jamais été plus heureux qu'en ce moment où à l'exemple de mon Dieu je vais peut-être mourir pour mes frères.
Ik ben nooit gelukkiger geweest dan op dit moment waaop ik, volgens het voorbeeld van mijn God, misschien zal sterven voor mijn broeders.
Non sono mai stato più contento di adesso: sull'esempio del mio Dio forse muoio per i miei fratelli.
Nunca me he sentido más feliz que en este momento donde, al ejemplo de mi Dios, voy tal vez a morir por mis hermanos.
Ich war bis heute nie glücklicher als jetzt, wo ich vielleicht nach dem Beispiel meines Gottes für meine Brüder sterben werde.
I have never been so happy as now, when, following the example of my God, I might die for my brethren.
Nigdy jeszcze nie byłem tak szczęśliwy, jak gdy za przykładem mojego Boga myślałem umrzeć za moich braci.
我从未像今天这般愉快过,当我追随基督的芳表,我愿为我的弟兄而迈向死亡。

 

Nous sommes en 1524. Ignace s'appelle encore Inigo. Il revient de Terre sainte où il aurait voulu donner sa vie comme le Christ (mais on lui avait demandé de partir, et il avait obéi). Il décide alors de prendre du temps pour étudier « afin d'aider les âmes », comme il l'écrit dans son autobiographie (Récit du pèlerin, n. 50). Il arrive donc à Barcelone où il se mêle aux jeunes, de vingt ans ses cadets, dans l'apprentissage du latin, de la grammaire... lui qui a 33 ans, l'âge de Jésus mourant sur la croix après trois ans de vie publique. De fait, Inigo a du mal à entrer dans les études. Mais il se cramponne à sa décision et promet à son maître de ne jamais manquer ses leçons, malgré les désirs de prière qui le tenaillent !

Cela ne l'empêche d'ailleurs pas de chercher à faire du bien autour de lui, à donner sa vie dans le quotidien des rencontres. C'est alors qu'il découvre un couvent de moniales où la vie religieuse s'est relâchée. On y entre comme dans un moulin, des hommes surtout. Les soeurs y jouent les grandes dames... D'une manière qui lui est déjà habituelle, Inigo fait découvrir le chemin de la vie spirituelle aux religieuses, leur apprend à prier. Elles renoncent finalement au badinage et s'engagent dans le sérieux de leur engagement religieux. Oraison et flirt ne font pas bon ménage ! Certains à Barcelone ( des jeunes hommes, surtout...)sont furieux de ce revirement. Un soir, ils tendent une ambuscade à ce nigaud d'Inigo qui leur gache les plaisirs. Roué de coups, il est laissé à demi-mort. Il lui faut deux mois pour se remettre. La famille qui l'a recueilli et le soigne essaye de le raisonner et lui demande la prudence. Inigo ne peut que répondre sa joie d'avoir été mis à la place du Christ, mis à mort à cause du bien qu'il faisait pour ses frères.

On distingue au fond de cette peinture les religieuses qui rentrent au monastère, converties par Inigo. Au premier plan, sur son lit de malade, saint Ignace ressent la chaleur d'un coeur enflammé d'amour. Il découvre que dans la vie quotidienne, dans la routine d'un emploi du temps répétitif, il peut aussi « aider les âmes », comme une manière qu'il n'avait pas choisie de donner sa vie pour ses frères. « Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis » (évangile de Jean, 15, 13).  

FRANCIOSI, p. 274, n. 4

 

 

 

 

Publié dans inigo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

tonio 06/04/2006 20:50

C'est super. Enfin, du concret.