suivre la voie

Publié le par Inigo

Quand Dieu nous a marqué une voie, il faut la suivre fidèlement, et se garder bien d'en prendre une autre, sous prétexte qu'elle semble plus droite et plus sûre.
Wanneer God ons een weg aangewezen heeft, dan moeten we die trouw volgen en niet een andere nemen onder het voorwendsel dat die korter of zekerder zou zijn.
Quando Dio ci ha tracciato una via, bisogna seguirla fedelmente, e fare attenzione a non prenderne un'altra, col pretesto che sembri più dritta e più sicura.
Cuando Dios nos ha marcado una vía, hay que seguirla fielmente, y guardarse bien de tomar otra, bajo el pretexto que parece más derecha y segura.
Hat Gott uns einen Weg gezeigt, dann müssen wir ihn in Treue gehen und uns davor hüten, einen anderen Pfad einzuschlagen unter dem Vorwand, er erscheine uns gerader und sicherer.
When God has marked out a path, we must follow it faithfully, and abstain from taking another, even though it seems straighter and more secure.
Jak Pan Bóg nam wyznacza drogę, to trzeba nią iść, a innych dróg unikać, mimo że wydaja się być bardziej proste i bardziej pewne.
当天主制定了一条道路,我们必须忠实地走,即使有另一条看似更坦直、更安全的道路,我们也不选择。

Un des acquis majeurs de la spiritualité ignatienne est de permettre à celui qui veut suivre le Christ de trouver la voie par laquelle il pourra conduire sa vie « pour la plus grande gloire de Dieu ». Le chemin du bonheur existe ! Encore faut-il le suivre, une fois qu'on s'y est engagé... Comment durer ? Cette maxime donne un repère pour  répondre à cette question. Elle fait partie des « règles pour le discernement » et des « remarques sur les scrupules » qu'Ignace donne dans les Exercices.

Il peut arriver, en effet, que le chemin ne nous paraisse plus le bon, une fois l'exaltation des premiers jours passée, et que l'on soit tenté par le « papillonnement » : on essaye une autre voie, et puis une autre... sans jamais se fixer, finalement. Pour Ignace, il y a là une tentation qui naît d'une certaine forme de « désolation », selon son propre langage. On ne ressent plus la joie de la présence de Dieu, et on va la chercher ailleurs. Mais, en fin de compte, on n'a pas encore cherché à suivre le chemin de Dieu. Se garder de prendre un autre chemin, mais garder fermement les résolutions prises auparavant, continuer le chemin choisi, voilà qui n'est pas facile. C'est alors vivre une épreuve, souvent douloureuse, qui nous fait grandir dans la la confiance totale à Dieu. En effet, n'est-ce pas Lui qui nous a conduit jusqu'ici ? Il ne nous a pas fait marcher sur les chemins de la perdition, mais « traverser les ravins de la mort », comme le dit le psaume 22, pour nous amener vers la tranquillité des « verts paturages ». Une maxime pour la paix intérieure, donc, contre l'inquiétude spirituelle.

Maximes, p. 22, n. 11.

 

Publié dans exercices

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article