divin amour

Publié le par Inigo

La flamme du divin Amour ne s'élève jamais davantage qu'alimentée par le bois de la Croix, dont la charité infinie du Sauveur s'est servie pour consommer son sacrifice : toutes les délices du monde, tout le miel que l'on peut recueillir sur les fleurs de la terre, ne sont rien en comparaison des douceurs qu'apportent le fiel et le vinaigre du Seigneur Jésus, c'est-à-dire les choses dures et pénibles endurées pour Jésus-Christ et avec Jésus-Christ.
De vlam van de Goddelijke liefde verheft zich nooit hoger dan wanneer zij gevoed wordt door het hout van het Kruis, waarvan de oneindige liefde van de Verlosser zich bediend heeft om zijn offer te volbrengen. Alle genot van de wereld, alle honing die we kunnen verzamelen uit de bloemen van het land, zijn niets in vergelijking met de zoetheid die de edik en de azijn van de Heer Jezus ons brengen, dat wil zeggen, de moeilijke en pijnlijke zaken doorstaan voor en met Jezus Christus.
La fiamma del divino Amore non s'innalza mai di più di quando viene alimentata dal legno della Croce, di cui la carità infinita del Salvatore si è servita per consumare il suo sacrificio: tutte le delizie del mondo, tutto il miele che si può raccogliere sui fiori della terra, non sono niente in confronto alle dolcezze che portano il fiele e l'aceto del Signore Gesù, cioè le cose dure e penose sopportate per Gesù Cristo e con Gesù Cristo.
La llama del divino amor no se eleva nunca más que cuando es alimentada por la madera de la Cruz, de la que la caridad infinita del Salvador se ha servido para consumar su sacrificio: todas las delicias del mundo, toda la miel que pueda recogerse de las flores de la tierra, no son nada en comparación con la dulzura que aportan la hiel y el vinagre del Señor Jesús, es decir, las cosas duras y penosas soportadas por Jesucristo y con Jesucristo.
Die Flamme der göttlichen Liebe erhebt sich niemals mehr, als wenn sie vom Holz des Kreuzes genährt wird, dessen sich die unendliche göttliche Liebe bedient hat, um ihr Opfer darzubringen: Alles Süße der Welt, aller Honig, den man in den Blumen der Erde finden kann, sind nichts im Vergleich zu den Süßigkeiten, die die Galle und der Essig des Herrn Jesus mit sich bringen, d.h. die harten und mühsamen Dinge, die für Jesus Christus und mit Jesus Christus ertragen werden.
The flame of Divine Love never rises higher than when it is fed by the wood of the Cross, which the infinite Love of the Savior has used to consummate His Sacrifice. All the Earths’ pleasures and all the honey that may be made from all the Earth’s flowers are nothing in comparison to the sweetness brought by the Lord Jesus’ gall and vinegar, i.e. the hardship endured for, and with, Jesus Christ.
Ogień Boskiej miłości nigdy nie unosi się wyżej nad to, czym się żywi - przez drzewo krzyża, którym posłużyła się wieczna miłość naszego Pana, by spełnić ofiarę. Wszystko, co słodkie na tym świecie, cały miód, który możemy zebrać z kwiatów tej ziemi, są niczym w porównaniu ze słodkościami, jakie przynoszą ze sobą żywica i ocet Jezusa Pana, tzn. sprawy długie i bolesne, które cierpimy dla Jezusa Chrystusa i wraz z Jezusem Chrystusem.
十架之木所点燃的圣爱火焰是最高贵的,救主无限的爱曾用它来完成自己的祭献。人间所有的快乐与从大地所有的花朵中采集来的蜂蜜,都无法与主所亲尝的胆汁与醋所带来的甘甜相比较,于我们,这胆汁与醋就是为了耶稣基督并和祂一起经历困苦。

Comment parler de l'amour de Dieu ? Ignace choisit ici des images paradoxales, s'enracinant dans l'expérience spirituelle de la Bible : le bois de la croix, instrument de supplice (cf. Deutéronome 21, 23), pour alimenter le bûcher du vrai sacrifice, celui du don de Jésus ; le vinaigre et le fiel du Golgotha (Matthieu 27, 34), pour abreuver du vin de l'alliance nouvelle. Ces images marquées par l'opposition trouvent leur réconciliation dans la charité du Fils de Dieu, révélée à la croix. Saint Ignace, dans les Exercices spirituels, invite à contempler la vie du Christ. Touché par cet amour, chacun peut alors se proposer d'imiter le Seigneur, jusque dans  « les choses dures et pénibles endurées » pour lui et avec lui (cf. Exercices spirituels, 98).  

Il n'est pas surprenant que l'artiste ait choisi de représenter l'hostie et la coupe que le prêtre, à la messe, élève à après la consécration. Il offre alors à Dieu l'amour de tous les hommes sauvés dans le sacrifice de Jésus, « par lui, avec lui et en lui ».

Franciosi, p. 246, n. 2

 

 

 

 

Publié dans exercices

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

reveur 16/07/2007 22:24

Onajor a écrit :
L'amour coule dans chaque être humain comme un fleuve qui le guide vers l'immortalité
L'amour semble avoir toutes les possibilités et non seulement il semble les avoir mais il les a
L'amour avec au fond de soi un autre regard que son propre regard
L'amour c'est la vie, tous les actes de la vie effectués sans le je
L'amour se sont des actes neufs non reliés au passé pour que chaque être humain pusse engendrer enfin un acte immortel dans l'éternité
L'amour met en harmonie le tumulte intérieur malgré le tumulte extérieur et inversement
L'être humain ne sous estime pas sa puissance à faire le mal, pourquoi sous estime t il sa puissance à faire le bien ?
La vie est amour avant d'être connaissance : apprendre bien sur, mais avant tout aimer
L'amour est dans le coeur de tous et il ne désaltère jamais celui qui le porte car le véritable amour désaltère toujours l'autre
L'humanité est une. L'amour est un
 
rêveur